ARTICLES DE PRESSE

Article paru dans le journal turque HATAY KENT NEWS.

Difficile de comprendre si l’on ne parle pas turque mais vous pouvez néanmoins admirer les photos…

hatay kent news by TY

———-

Un frère, une sœur et deux solex, de New Delhi à Santiago du Chili| Aujourd’hui l’inde

Get the Flash Player to see this content.

Avelosolex, c’est un projet hors du commun, celui de deux jeunes Français, Paul Henri et Ophélie, qui décident de partir faire le tour du monde. Mais pas n’importe comment : en Solex. Aujourd’huilinde les a rencontrés lors de leur étape en Inde. Un reportage réalisé à New Delhi.

Ils n’ont pas l’air comme ça, mais Ophélie et Paul Henri Vanthournout sont des aventuriers. Mis à part leur bronzage, plus proche de celui des vrais baroudeurs que de celui d’adeptes des UV, difficile en effet de s’en rendre compte à première vu. Originaires du Nord-Pas-de-Calais, Paul-Henri, 25 ans, et sa soeur Ophélie, 21 ans surmontent pourtant des galères quotidiennes, tout ça pour compléter leur rêve à eux : un tour du monde en Solex ! Parce qu’entre frères et sœurs « on ne peut pas se quitter »!

Au départ, personne ne les croyait. Comment, si jeunes, sans avoir jamais de leur vie touché à un Solex, ce petit vélo motorisé des années 60,  et ils veulent partir en tour du monde ? Alors, bien sur, ça a raillé …jusqu’au passage des Pyrénées, dixit les deux jeunes gens. C’est à partir de là qu’on a commencé à les croire, à les suivre sur leur site web, à les encourager.

« On pensait à la base donner du courage à toute une génération de jeunes au chômage et démotivés par la vie . Mais on a eu pas mal de messages de gens qui nous disaient ‘j’ai un cancer, j’aurais adoré pouvoir faire un tour du monde moi aussi…Continuez, on est avec vous !’ ; nous pensions toucher une certaine cible et nous en avons touché une autre en fait », raconte ainsi Ophélie.

Leur philosophie « Un jour, un sourire » leur fait faire des rencontres inoubliables. « En fait, c’est juste remarquer les joies du quotidien […] l’avantage du Solex, c’est que c’est un véhicule peu commun, ça nous sert d’excuses pour les rencontres… » continue Paul Henri. Le quotidien des jeunes Français est haut en couleur et s’écrit au fil des liens noués autour d’eux. C’est exactement ce qu’il s’est passé pour leur séjour en Inde. Une rencontre à l’ambassade d’Inde au Cambodge, et c’est parti pour un mois au Pendjab pour assister à un mariage.

« On était limite cinq dans le lit, ils nous ont nourri comme jamais », se souvient Ophélie. « C’était l’Inde rurale, hindoue, défavorisée… Ophélie a passé tout le séjour dans la cuisine, enfermée, avec les femmes…elle a voulu sortir, mais c’était pas possible, alors que moi j’étais plus libre », raconte son frère . Les chemins de traverse, et l’endurance, voilà la clé du projet Avelosolex .

La fratrie est résolument optimiste dans la vie. Heureusement, parce qu’entre les douaniers péruviens qui se servent dans leur pièces détachées, l’huile « Motul » pour leurs Solex quasi-introuvable et le moteur d’Ophélie qui prend feu dans les rues de New Delhi, ils ont fort à faire. A quoi il fallait ajouter 60 kg de bagages à traîner, des montées démesurées à gravir…

Pour les quelques mois restants, Avelosolex doit donc se rendre au Liban, en Turquie, et puis retour en France, une expérience humaine hors du commun dans les bagages. Si vous aussi, vous souhaitez les encourager, allez donc faire un tour sur leur site.

Visiter le site d’Aujourd’hui l’inde :  http://www.aujourdhuilinde.com

—————————————————————————————————————————————————-

Get the Flash Player to see this content.

—————————————————————————————————————————————————-

La Terre vue du solex | France-Amérique

La Terre vue du solex _ Fra.

Loan Nguyen
16 décembre 2009

Ophélie et Paul-Henri Vanthournout, deux jeunes Français de Saint-Omer sont en train de relever un pari fou : faire le tour du monde en vélosolex. En escale à San Francisco, les deux aventuriers, qui ne roulent pas que pour la performance, sont revenus sur leur démarche.

Alors que la nuit tombe sur San Francisco, des rires s’échappent d’un garage illuminé du quartier de Mission. Les employés de 1977 Mopeds, petites moustaches
rétro de circonstance, fraternisent avec leurs nouveaux amis français, qui s’affairent depuis deux jours sur des cyclomoteurs qui ont déjà vu deux continents. « En
général, la réaction des gens, c’est : « Mais ça roule encore, ça, les solex ? Je croyais que c’était un truc des années 70 ! » », raconte Paul-Henri, 24 ans, le cheveu fou
et le regard passionné. « Même les associations d’amateurs de solex ne croyaient pas qu’on arriverait à faire le tour du monde », confie sa soeur Ophélie, 21 ans.
Pourtant, avec déjà 5 000 kilomètres au compteur depuis leur départ de France en juillet 2009 et des étapes spectaculaires comme la Cordillère des Andes à leur
actif, les deux jeunes Français semblent bien partis pour boucler leur périple de 20 000 kilomètres autour du monde.

La mécanique de la débrouille

Il y a quelques mois encore, Ophélie et Paul-Henri n’étaient pas particulièrement férus de cyclomoteurs. Eux qui n’avaient jamais mis les mains dans un moteur de
solex sont devenus par la force de la nécessité des experts en mécanique. « Il y a des choses à réparer tous les deux jours. Mais ce qui nous prenait deux heures à
régler au début nous prend maintenant dix minutes », explique Paul-Henri. La passion du voyage et des rencontres interculturelles a été une motivation suffisante
pour ces deux anciens scouts en quête de sensations. Initialement attirés par un tour du monde à vélo, les deux jeunes gens lui ont préféré le solex, ce cyclomoteur
léger qui permet de rouler à environ 30 km/h, une vitesse idéale pour apprécier les paysages et aller à la rencontre des gens.

Un jour, un sourire

Une aventure mécanique et humaine qu’ils ont aussi voulu rendre utile : les bénéfices des conférences qu’ils donneront à leur retour iront à une association de
micro-crédit qu’ils auront pris le temps de choisir lors de leur voyage. « L’envie de voyager est égoïste, reconnaît Paul-Henri. Mais si on peut en profiter pour venir
en aide aux gens, c’est encore mieux ». Encore émue des rencontres inoubliables faites en Amérique du Sud, Ophélie énumère les personnages qui l’ont marquée.
« Même si on ne rentre dans la vie des gens que peu de temps, ce sont des relations intenses, réfléchit-elle. On est les enfants, les frère et soeur de plein de gens
maintenant. » Sur leur site internet, les deux jeunes Nordistes mettent un point d’honneur à publier quasiment chaque jour dans la rubrique « Un jour, un
sourire » un portrait d’une personne rencontrée. Pour financer leur périple, Ophélie et Paul-Henri ont reçu le soutien de quelques sponsors mais recherchent
encore des fonds pour mener à bien leur aventure et songent à faire appel aux dons de particuliers. En attendant leurs bagages bloqués à l’aéroport de Lima, le
frère et la soeur ont déjà les yeux tournés vers leur prochaine étape : l’Asie du Sud-Est.

La Terre vue du solex | France-Amérique

http://www.france-amerique.com/articles/2009/12/16/la_terre_vue_du_solex.html

————————————————————————————————————

Aventure

Un au revoir de joies et de larmes

Edition du lundi 06 juillet 2009, 11:41 | Lu : 43
Que c’est beau les voyages chantaient Barbara. Alors nous souhaitons bien du plaisir à Paul-Henri et sa sœur Ophélie.

Samedi, c’était le jour du grand départ pour les deux Audomarois. Ces deux frère et sœur partent faire le tour du Monde en solex. 14 mois sur ce petit vélo à moteur, à 30km/h de moyenne.
C’est un véritable voyage initiatique pour ces globes trotteurs qui n’ont que 24 et 21 ans. Lui a déjà passé de longs mois en Ecosse et en Inde. Pour elle, le Botswana et l’Australie n’ont plus de secret.
Mais là, c’est un tout autre défi. Pour le début du périple, une grande fête était organisée sur la grande place de Saint-Omer. Nous étions là pour recueillir les impressions de leurs proches. Avec beaucoup d’émotions.

Première étape, Versailles pour ensuite partir à la conquête de l’Europe. Le but de ce voyage est de faire des rencontres. Paul-Henri et Ophélie Vanthournout ont créé un site Internet où il est possible de suivre leur aventure : www.avelosolex.com. Chaque jour, sur le site, ils publieront un portrait d’une personne qu’ils ont rencontrée. Un joli carnet de voyage.
Cyril FRÉMIN

——

Les fabuleuses aventures d’Ophélie et Paul-Henri

dimanche 05.07.2009, 04:50 – La Voix du Nord

Et c'est parti pour 13 mois autour du monde pour Paul-Henri et Ophélie Vanthournout!
Et c’est parti pour 13 mois autour du monde pour Paul-Henri et Ophélie Vanthournout!

Elle a 21 ans, une licence de psychologie et connaît bien l’Afrique du Sud, le Botswana et l’Australie.

Lui en a 24, une formation de gestion en poche et s’est usé les semelles sur les chemins écossais et Indiens.

Les Vanthournout, globe-rouleurs audomarois, sont partis hier pétarader autour du monde. Et cette fois, c’est pour un an.

PAR NOEMIE COPPIN

saintomer@lavoixdunord.fr

Depuis trois ans, le projet mûrit dans la tête de Paul-Henri. Un tour du monde à vélo. Mais lorsque son ami repousse le départ d’un an, il propose l’aventure à sa soeur. Avec Ophélie, le Solex remplacera le vélo : moins physique, original, doté d’un capital sympathie et facilement démontable. «  On n’est pas des pros du Solex. Mais on a pas mal voyagé et on sait se débrouiller à l’étranger », témoignent les deux anciens scouts. À deux heures du départ, leur visage est serein, leur allure reposée. «  On s’est tellement préparés à ce jour qu’on ne réalise plus. Je pense qu’on aura la prise de conscience en arrivant en Amérique du sud, dans dix jours. » Jusque-là, c’est une petite traversée de vacances qui les attend : 1 600 km jusqu’à l’Espagne. Mais derrière le tour du monde, il y a plus qu’une envie d’ailleurs. Le frère et la soeur ont une soif de rencontres, une volonté de partager cette expérience avec le maximum de personnes. «  Le voyage, c’est avant tout une philosophie de vie », explique Paul-Henri. D’où le projet « Un jour un sourire ». Tous les jours, au fil du voyage, ils alimenteront leur site d’un portrait d’une personne rencontrée sur la route. Le pari est tenable : à eux deux, ils parlent anglais, espagnol et allemand. Et au retour ? «  On va déjà essayer de revenir », plaisante Paul-Henri. «  Je pense que je vais pas mal évoluer, grandir, ça va être une expérience extraordinaire », sourit Ophélie. Les deux Audomarois pensent déjà à un livre regroupant leurs portraits. Avec la volonté de reverser les recettes à une association de micro-crédit. Depuis trois mois, le projet du voyage est un boulot à temps plein. «  C’est comme une entreprise à gérer. Il a vraiment fallu de la motivation », témoigne Paul-Henri, le commercial du projet. Un travail qui a payé : ils ont réussi à réunir 20 000 euros de sponsors et de dons, en démarchant les partenaires par le biais de leur association Avelosolex, créée il y a six mois. Les partenaires étaient présents au départ de l’aventure, samedi, ainsi que la mairie de Saint-Omer et le conseil général, donateur du projet. L’émotion était palpable chez la famille et les amis venus nombreux les encourager. Sous le regard amusé des badauds, les deux voyageurs atypiques ont tracé la route, suivis pour leur départ d’un beau cortège de Solex. Ce qui va le plus leur manquer ? «  Le fromage ! », lâche la soeur. «  Une bonne douche ! », sourit le frère.

-----

Pour les suivre à la trace

dimanche 05.07.2009, 04:50 – La Voix du Nord

Première escale hier soir à Beauvais. Mais dès aujourd’hui, le grand voyage commence. Le frère et la soeur parcourront 1 600 kilomètres en dix jours pour atteindre l’Espagne d’où ils s’envoleront (Solex en poche) pour l’Amérique Latine. Là les attendent l’Argentine, le Chili, le Pérou et la Bolivie.

Deuxième escale aérienne pour l’Asie du Sud Est avant d’arriver sur les routes de Thaïlande, du Cambodge, du Vietnam et du Laos.

Ils ne s’arrêtent pas là : ils arpenteront la Chine, l’Inde, puis le Népal, avant de voler vers le moyen Orient : la destination la plus attendue par Ophélie. Ils ont choisi de traverser Israël, le Liban, la Syrie et la Turquie.

Pour clore le périple, l’Europe de l’Est. Avec des escales en Bulgarie, Hongrie, Serbie, Autriche puis Allemagne, avant le retour au pays audomarois.

En attendant l’arrivée en août 2010, vous pourrez suivre les pérégrinations des deux globe-trotters au jour le jour sur le site internet de leur association, www.avelosolex.com. •

-----